Final Fantasy Chronicles

Forum de RPG sur Final Fantasy VII. Enjoy ^^
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un retour angoissant [PV Rufus]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un retour angoissant [PV Rufus]   Sam 6 Mar - 15:56

Suite à sa discution avec Cissnei, Reno avait décider de rentrer à la Shinra. Mais pas pour y rester. Il avait bien l'intention d'affronter Rufus face à face, bien qu'il avait peur. Qui ne serait pas terrifié en même temps ? Reno jouait à un jeu dangereux, qui risquait bien de mal finir. Mais il fallait pourtant qu'il prenne le risque. Il voulait quitter définitivement la Shinra. Mais avec tous ses hommes après lui, c'était impossible. Alors il allait devoir faire comprendre au patron qu'il devait le laisser tranquille. Même s'il devait en venir aux menaces. Mais il savait également que Rufus Shinra n'en avait que faire des menaces. Pourtant il devait le faire. Il devait tirer un trait sur cette vie, son seul obstacle : Rufus.

S'il avait quitté la Shinra sans aucune autorisation depuis plusieurs semaines déjà, ce n'était que pour une seule raison. Elena, Tseng et Rufus. L'histoire avec Kadaj et ses frères. Reno se rappelait très bien du jours où ses deux collègues et amis s'étaient fait attraper par Kadaj. Ils lui avaient dit de partir le plus vite possible et de les laisser. Alors Reno avait paniqué, il les avaient abandonnés en prenant la fuite. Lorsqu'il avait su qu'Elena et Tseng n'étaient plus de ce monde, il avait regretter tous les jours son geste. Il culpabilisait énormément, faisant des cauchemars chaque nuits. Il se réveillait toujours en hurlant. Il vivait un enfer, se disant que tout était de sa faute. Jamais il ne pourrait avoir plus mal qu'à ce moment là. Du moins, c'était ce qu'il pensait, et se trompait. La plus grosse trahison de sa vie. Ils étaient vivants tout les deux. Depuis le début. Il avait été tenu à l'écart. personne n'avait été fichu de lui dire. Ils l'avaient laissé souffrir pour rien. Et pourquoi ça ? Il aurait gâché la mission ? Il était donc si indigne de confiance ?! Et ses sentiments, ils s'en fichaient ? Ce qu'il avait pu ressentir, ça n'avait pas d'importance pour eux. Reno était déçu et se sentit trahis. Il ne pouvait pas leur pardonner et encore moins supporter leur présence. Voilà pourquoi il était partit !

Après avoir laissé Cissnei, il prit directement le chemin de la Shinra, son lieu de travail. Il n'était même pas encore arrivé devant l'entrée, qu'il se fit intercepté et entouré par plusieurs gardes. Reno n'opposa aucune résistance et se laissa emmener à la Shinra sans broncher. De toute façon son but était de trouver Rufus, et ses gardes allaient l'emmener à lui. C'était donc parfait. Il restait tout de même un problème, comment se débarasser d'eux, pour parler seul à seul avec Rufus ?

En entrant dans la Shinra, Reno leva les yeux vers la caméra et la fixa gravement. Plus aucun sourire sur son visage. Un Reno très sérieux et déterminé. Un comportement qui ne lui ressemblait guère. Où était passé Reno le pitre ? Celui qui mettait de l'action et de la bonne ambiance – ou pas – chez les Turks ? Avait-il réellement disparut pour laisser place à un nouveau Reno sur de lui ? Sur de lui .... pas tant que ça en fait ! La vérité était qu'il avait le tract et qu'il était terrifié. Rufus n'allait jamais lui pardonner ce coup là. C'était sûrement la mort qui l'attendait. Mais il était arrivé à un point où il devait tenter le tout pour le tout. Il devait le faire, pour lui. Il n'avait pas trouvé d'autre moyen.

Il détourna enfin la tête de la caméra et sans dire un mot, il se laissa guider jusqu'au bureau de Rufus. Les deux gardes qui restaient avec lui le fouillèrent et sa matraque fut confisqué. Reno se mordit les lèvres et les foudroya du regard. Comment il allait faire sa précieuse matraque ? Ca commençait mal. Ils entrèrent tous les trois dans le bureau de Rufus et Reno devisagea son patron pendant un long moment, sans dire un mot, restant silencieux, d'un calme olympien !

Mais intérieurement, le roux réfléchissait à toute vitesse. Il fallait qu'il se débarrasse des gardes, et maintenant. Avant qu'il soit trop tard. Ils avaient fait une erreur, le maintenir seulement à deux. Les yeux du jeune homme se posèrent sur l'arme d'un garde. Il regarda tour à tour les gardes, l'arme puis Rufus. D'un geste brusque, il réussit à s'emparer et sans attendre, d'une vitesse surprenante, il tira une balle dans la tête des deux gardes, chacun leur tour. Reno était surprit, ça n'avait pas été très difficile. Un peu trop facile même. Mais pas le temps de se poser des questions. D'autres gardes allaient sûrement arriver. Il regarda les cadavres des gardes. Après tout, même s'il passait son temps à faire l'idiot, il n'en restait pas moins un Turks compétant, qui avait l'habitude de tuer. Rufus aurait du s'en douter. Sans doute qu'il le savait. Peut-être que la vie de deux simples gades n'avaient pas beaucoup d'importance pour lui.

Quoi qu'il en soit, toujours sans dire un mot, très sérieux, mais tout de même un peu triste, il s'approcha de Rufus. Sans trembler, le regard déterminé, alors qu'en vérité, il angoissait comme pas possible, il pointa l'arme sur le front de Rufus.

Il prit enfin la parole.


- Maintenant vous allez m'écouter. Je veux quitter la Shinra. Pour toujours. Je ne veux plus avoir à faire à vous, ni aux Turks. Je veux mener ma vie comme bon me semble, loin de tout ça. Non en faite, je veux une nouvelle vie, un nouveau départ, une nouvelle identité. Et vous m'en empêcher. Alors j'ai décider d'agir. Vous allez ordonner à vos hommes de cesser de me rechercher, de m'oublier. Supprimez moi de vos fichiers. Je veux que tout ce passe comme si je n'avais jamais exister. Si vous refuser, c'est ici que votre vie prend fin. Parce que je n'ésiterais pas à tirer. Je suis prêt à tout pour obtenir la vie que je souhaite. Je suis vraiment prêt à tout !

Il était conscient qu'ainsi il signait lui même son arrêt de mort. Mais il n'y avait pas d'autres solutions. Son visage n'exprimait aucun sentiments, enfin si, l'indifférence totale et la détermination.
En effet, il n'ésiterait pas à tirer. Il gardait son arme contre le front de son patron, sans montrer sa peur, sans trembler. il le fixa intensément en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Rufus Shinra

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 28
Date d'inscription : 13/02/2010

Statistiques
Expérience:
95/100  (95/100)
Niveau:
10/99  (10/99)
Gils: 3750

MessageSujet: Re: Un retour angoissant [PV Rufus]   Dim 7 Mar - 1:51

Un parfum d'agitation régnait dans l'air depuis un certain temps. A l'intérieur des murs de la Shinra, l'excitation était palpable. Pour ainsi dire, on se croirait au sein d'une entreprise familiale, dont le directeur est d'un paternalisme reconnu. Bien évidemment, chassez cette idée de votre esprit, à la Shinra, rien de tel n'aurait court. Mais voilà, il se tramait quelque chose qui donnait un doux parfum à cette ambiance souvent pesante, droite, sans faille. Oui, les projets s'étaient déclinés aux projets phares de la société, créant à nouveau de l'emploi et des missions. Une entreprise prospère aujourd'hui? Levez la tête et admirez sa splendeur. Ses jardins fleuris, ses bâtiments sophistiqués... Quoi de plus beau, me direz-vous ?
A la Shinra, on ne fait pas dans la demi-mesure, vous y entrez pour réussir. Et entrer dans cette société parfaite, ce n'est pas chose donnée au premier raté des taudis. Chaque salarié est précieusement sélectionné, chacun à son rôle à jouer, chacun est unique. Par le passé et jusqu'aujourd'hui, la mainmise des Shinra à la direction a vu défilé bien des personnes. Certaines ont marqué de leur empreinte, d'autres sont partis aux oubliettes. Oui, on ne part jamais de la Shinra sans payer un lourd tribut à ses bienfaiteurs. Explications : la Shinra vous accueille, vous devez lui rendre cet honneur. Elle est la seule juge du fruit produit, la seule décideuse de la qualité et elle rend justice équitablement.
Comprenez bien que, même si vous vous butez à croire que la Shinra est mauvaise et destructrice, vous ne seriez pas là en ce moment. Il faut toujours que l'Homme se trouve un ennemi et bien souvent, l'ennemi est choisi parmi la puissance et la grandeur. Ainsi, l'Homme se brise au pied du géant et reçoit tout les honneurs dû à ce sacrifice. Oui, si l'ennemi est plus faible, il n'est pas un ennemi, juste un adversaire.

Les Turks ont souvent incarné cette force tranquille. Représentée par des personnalités de qualité, l'Homme garde sa nature d'animal social. Un jour ou l'autre, il est confronté à sa propre réalité et ses motivations viennent l'empêcher de continuer. Vous semblez comprendre où je veux en venir. Peu à peu, les - si respectés - Turks ont été victime de l'usure du temps, de la vie et de la nature Humaine. Beaucoup d'entre eux ont manqué à l'appel, préférant la liberté d'une vie sans valeur, sans avenir. Aujourd'hui, les meilleurs sont absents. Et c'est bien connu de tous, les absents ont toujours tort.
Rufus, assis à son bureau, avait passé la matinée à plancher sur le sujet. Stylo plume à la main, il épluchait avec la plus grande attention tous les dossiers de chaque membre récent. Tseng, Cissnei, Reno, Rude, Elena... Sur cinq, le président ne comptait qu'une présence. Celle d'Elena, la dernière des Turks encore propre, à sa connaissance. En tout cas, malgré la faiblesse déconcertante de la jeune femme, il avait pu tirer d'elle une dernière mission qui lui avait livré une vérité blessante. Mais au delà, ce savoir lui permettait maintenant de voir l'avenir avec un tout autre esprit. Les mécanismes s'enclenchaient un par un.
Depuis presque deux heures, le dossier Montaigue le laissait pantois. C'était là le puzzle le plus incomplet et le plus désordonné qu'il soit. En tout cas, rien dans ces pages n'arrivaient à expliquer cette fuite d'une durée très punissable. Les raisons étaient donc plus récentes et tout amenait Rufus à croire que Cissnei était liée à Reno. Ce pitre, si peu efficace, avait pourtant apporté satisfaction lorsque le président était en posture délicate. Cette loyauté le confortait, à ce moment, dans ses idées. Seulement, il y a des choses qu'on ne peut modifier. Le temps ayant fait son œuvre, il fallait s'adapter maintenant.

La sonnerie de son portable rompait le silence de marbre, il fut alors prévenu de l'arrivée de Reno, sous garde. Son cœur se mettait alors à battre plus rapidement, comme si cette rencontre fut excitante.. D'un geste de la main, il ordonnait à ses mercenaires Ombres de "disparaître". Quelques minutes, durant lesquelles il rangeait ses dossiers, passaient et la porte de son bureau s'ouvrait. Deux gardes avaient suffit à sa capture? L'affaire était soudain trop louche aux yeux de Rufus, jamais Reno ne se serait soumis à la seule autorité de deux simples gardes. Le fuyard était tout aussi différent dans son attitude, plus ferme et plus sombre. Soupçonnant d'abord le complot avec complicité de deux faux gardes, il renonçait à y penser : il n'y avait pas de faille à ce niveau. Seule issue, possible, Reno Montaigue s'était rendu, tout en sachant que sa capture l'amènerait dans les quartiers de son président. Tactique simple et efficace.
Les deux hommes se regardaient avec insistance, Rufus ne ressentait que du doute à ce moment précis, tandis que Reno soutenait patiemment un regard profond, froid, plein de sentiments.
C'est alors que tout s'enchaînait, le rouquin s'emparait d'une arme, profitant du peu d'attention de la part du garde, pour descendre d'une rapidité extrême ses deux geôliers.

L'arme à présent pointée sur sa tête, Rufus ne pouvait plus réagir de lui même. Il écoutait attentivement la requête du jeune homme. Droit mais la voie hésitante, ses revendications étaient donc celles que Rufus avait craint. Ce dernier restait debout, sans aucune appréhension. Reno était incapable de tirer, il tenait trop à sa vie pour ça. La mort de Rufus n'était pas une fin en soi, Reno ne savait que trop bien qu'il ne sortirait jamais vivant de la Shinra après avoir pressé la détente. Pire encore, Hojo aurait alors tous les droits sur Reno. Je vous laisse le loisir d'imaginer les supplices qu'endurerait le pauvre Montaigue sous les expériences incessantes du professeur.
Une fois qu'il eut fini de parler, Rufus se retournait et allait vers la grande baie vitrée. De là, il voyait que Reno n'avait pas baissé la garde, pointant toujours le revolver sur le président. Sans crainte, Rufus passait ses mains derrière le dos, les joignant, et s'apprêtait à répondre.

- Où étais-tu, Reno ?


D'une voix ne trahissant aucune émotion, froide, dure, meurtrière, Rufus brûlait intérieurement. L'envie de connaître la toute vérité l'aiderait peut-être à répondre au problème de Reno. Un silence d'un poids oppressant s'installait entre les deux hommes. Rufus ne mourrait pas aujourd'hui, mais pour autant Reno non plus.
Lentement, Rufus levait sa main gauche puis la joignait à nouveau à l'autre. Les deux gardes réapparaissent alors dans le dos du jeune futur ex-Turks. Sans aucun bruit, sans aucun souffle, sans aucune ombre. Parce que non, ils n'avaient pas de reflet propre, ils étaient invisibles sauf de face. Toujours par communication télépathique, le président leur ordonnait d'agir en douceur mais avec fermeté pour enrayer la menace.
Les deux Ombres s'avançaient jusqu'à être à quelques centimètres derrière la cible. Reno n'avait toujours pas répondu, tant mieux. Peu à peu, il pouvait sentir une raideur dans son bras, une douleur au cœur, une ceinture aux poumons... L'arme fatale de ses mercenaires, Rufus aimait cette réussite, cette torpeur. Le visage de Reno s'intensifiait, son bras tremblait, ses muscles étaient paralysés par la puissance noire, son revolver tombait alors au sol. Rufus se tournait violemment, le regard dur et plus noir que jamais. Tandis que les Ombres resserraient l'étau autour des organes internes de Reno, le président s'avançait vers lui. Son salarié se recroquevillant de douleur, il s'accroupissait pour être à sa hauteur. Il plongeait son regard dans les yeux horrifiés et rougis par la douleur du Turk déchu, insistant pour ne pas avoir à répéter sa question.
Cette fois-ci, Rufus allait plus loin qu'avec Elena. Cette dernière n'avait que subit un prélude, aujourd'hui c'est Reno qui faisait les frais de tout ce bordel fichu par les Turks en personne. Quelques minutes plus tard, le rouquin tomberait dans un coma par manque d'oxygène. Ensuite, toujours sous l'emprise noire des Ombres, son sang s'évaporerait peu à peu jusqu'à être totalement sec. Le président ne comptait pas aller si loin, il ne tuerait pas Reno même si toutes les raisons se déroulaient sous ses pieds comme un tapis rouge.

- Dois-je répéter ?

Il fit comprendre à l'endolori qu'il n'avait qu'à répondre pour mettre fin aux supplices. Seul le son de sa voix, si jamais il arrivait à parler, pouvait le libérait. S'il n'y arrivait pas, il n'avait qu'à le signaler à Rufus, un acquiescement et le président renverrait les tortionnaires en arrière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rufus Shinra

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 28
Date d'inscription : 13/02/2010

Statistiques
Expérience:
95/100  (95/100)
Niveau:
10/99  (10/99)
Gils: 3750

MessageSujet: Re: Un retour angoissant [PV Rufus]   Mar 20 Avr - 11:51

Je n'attendrais pas un retour d'un nouveau Reno donc je me permet de conclure ce RP tel qu'il était convenu avec l'ancien Reno.
Reno, sous la torture, voit quelle ampleur sa fuite a pris. Il décidé de se reprendre en main pour une dernière mission, avant de retrouver une liberté totale. Shinra lui ordonne de lui livrer Zack Fair, ce dernier étant très ami avec Reno ne verra jamais la traîtrise qui s'organise dans son dos. Ensuite, Rufus doit rencontrer dans peu de temps Cissnei, à qui elle doit des explications sur sa relation avec Fair.

Voilà en gros ce qui doit se passer si la trame est encore d'actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre des Jeux

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 35
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Un retour angoissant [PV Rufus]   Lun 30 Aoû - 11:03

RPG cloturé !

Les points sont comptés pour toi Rufus ! Je laisse se topic tel qu'il est dans l'attente d'un prochain Reno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un retour angoissant [PV Rufus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un retour angoissant [PV Rufus]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour du magazine Casus Belli
» [BLOG] BIONICLE DESTINÉE, le retour
» TARANIS le retour
» [LEGO] Le retour de Space Police
» Kovalev de retour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Chronicles :: Section RPG :: Final Fantasy VII :: Midgar :: La Tour Shinra-
Sauter vers: