Final Fantasy Chronicles

Forum de RPG sur Final Fantasy VII. Enjoy ^^
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tseng [fini 100%!]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tseng



Nombre de messages : 10
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010

MessageSujet: Tseng [fini 100%!]   Sam 28 Aoû - 20:35



Who am I ?


Prénom (que si vous le désirez) : Adrien

Age ( c'est pas obligé) : 28

Comment avez vous connu ce forum ? //


Votre personnage préféré de Final Fantasy : Tout les Turks

envie d'ajouter quelque chose ??? //


Shinra-cop




    » Nom : confidentiel

    » Prénom : Tseng

    » Âge :

    » Sexe : M

    » Métier : Turk (chef)





    HISTOIRE


    Tseng
    My past in wutai...


    Wutai un matin d'automne, une grande famille noble accueillait en sont sein un nouveau membre. Né au levé du soleil ce jour d'été, ce petit garçon à peine sortit du ventre de sa mère criait. Le cri de tout bébé venant au monde, un petit être comme les autres, à la seule différence que lui venait de naître dans une grande famille. Cet enfant fut nommé Tseng. Ce bébé ce fut moi. Mon avenir était déjà tout tracé. J’allais recevoir l'éducation de la famille, devrait assimiler toutes les traditions, les responsabilités, devrais prouver que je suis digne de ma condition, et cela bien jeune. Mais le bambin que j'étais encore inconscient de ce qui m'attendait, j'ouvris les yeux sur le monde, et regardait avec de grand yeux curieux ce qui m'entourait....

    je fus éduqué dans la rigueur de mon pays. Un homme se devait de savoir se battre dès son plus jeune âge, l'honneur du Wutaï en dépendait. C'est ainsi que le jeune enfant que j'étais fut très tôt confronté aux armes blanches. Les fusils n'étaient bons que pour cette vermine de Shinra, société qui grandissait et convoitait de trop près la terre de nos ancêtres. A l'âge de dix ans, j'étais devenu une véritable arme de guerre, petit soldat sur l'échiquier de ces nobles qui contrôlaient le territoire. A l'âge de douze ans, cependant, mon père m'autorisa à prendre part aux diverses réunions stratégiques. Fils de noble, j'avais ce droit d'apposer mon veto dans les décisions d'état. Dans cet univers, je n’eu guère l'occasion de côtoyer d'autres jeunes de mon âge. Les autres enfants de guerriers pratiquaient avec moi mais on ne pouvait réellement dire qu'une amitié s'installait entre nous. "Calme tu seras car tu représentes l'honneur de ta famille et de tes ancêtres. Sois en digne." Une tâche bien lourde pour un enfant. Vivre dans le silence, respecter les ancêtres et leur faire honneur. Des concepts qui peuvent paraître bien abstrait pour cet âge mais moi, Tseng, j'en avais déjà compris toutes les subtilités. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je ne me suis jamais mêlé aux enfants du peuple. Cela aurait été injurieux envers mes ancêtres. Je les regardais au loin, pensant de temps en temps qu'ils étaient peut-être plus heureux que moi-même ne l'étais. J’avais certes de tout, mais il me manquait ce petit élément, cette petite étincelle qui vous fait sourire dès le matin. A l'âge de treize ans, j'assistai à la cérémonie "勇士 武士" (yuushi bushi). J’étais désormais un homme et devait protéger mon pays contre l'ennemi.


    L’année de mes quinze ans. Je m'en souviens comme si c'était hier. Impossible d'oublier une telle chose. Deux jours qui avaient bouleversé ma vie à tout jamais. Le jour où j'ai rencontré cet homme. Je vais tous vous raconté.
    Ce jour où mes mains ont pour la première fois été tachées de sang, mais où pour la première fois j'ai été considéré comme autre chose qu'un simple objet.

    Ma vie bascula à mes quinze ans, lorsque mon village fut attaqué par la Shinra, ce vil ennemi de l'autre continent. Les hommes avaient été mobilisés, les armes déployées, les femmes et les enfants de bas âge ou incapables de se battre mis dans un lieu protégé. Le petit guerrier que j’étais, dans cette folie d'avant guerre, ne faisait qu'attendre patiemment que son heure arrive. Un bon guerrier devait rester calme et faire face à toutes situations. Pourtant, à quinze ans, on n'est jamais prêt à se battre pour défendre sa terre, concept si abstrait pour cet âge. "Mais tu es un homme alors tu te battras et tu mourras pour ta nation." Voilà ce que mon père m’avait dit la veille, avant de partir en conseil de guerre avec les autres nobles du village. Debout face à la plaine, j’attendais que l'ennemi soit à porté de vue. Le soleil se levait sur les terres avoisinantes et les jeunes guerriers, élevés dans la tradition wutaïenne, virent pour la première fois de leur vie ces armes tant prohibées. Ces soldats arrivaient dans des tenues si étranges, avec des fusils à la main. Étaient-ils capables de lutter face à cela? Les aînés du village se réunirent sur la grande place et tous les guerriers arrivèrent à leur suite. Le dernier ralliement avant l'ultime affrontement. Je jetais un regard à mon père mais cotre toute attente, il ne me regardait même pas. N’étais-je finalement qu'un pion? N'avait-il pas plus de considération pour son fils? Les plus jeunes combattants, les plus vigoureux, dont moi qui en faisait parti furent mis sur la première ligne de combat et la lutte commença. Le sang coulait, les cris se faisaient entendre dans le village et aux plaines environnantes. Cette terre sacrée des ancêtres était souillée et plus rien ne serait comme avant. Qui gagnerait la bataille? Qui gagnerait la guerre? Je n'en avais aucune idée. Je fonçais dans la mêlée, tranchait de ma lame l'adversaire et avançait parmi mes frères d'armes. La soirée tomba bien vite sur le pays, sans même qu'aucun des deux camps ne s'en rendent compte. Le combat prit fin, la nuit ne permettait aucune visibilité des deux côtés. Chacun rentrait dans son camp. Le soir même, je fus invité au conseil. Je m’étais fait remarquer par ma bravoure et ma force lors de cette bataille, et le conseil décida que je ferais désormais partit d’une troupe de masuaro. Ainsi mon nom serait récompensé. Et cette petite décision allait changer ma vie à jamais. Le lendemain, en compagnie de trois adultes, je fus envoyé en éclaireur. Nous marchions vers le camp des ennemis lorsque nous furent entourés. Une embuscade, des cris, des coups de ces armes démones, des lames qui chutèrent, et le seul guerrier encore debout, se retrouva bien vite acculé par l'ennemi. Aucun autre n'avait survécu. Pourquoi devais-je être le seul? Pourquoi devais-je vivre dans la honte de l'échec ? C'est alors que je le vit venir. Cet homme si étrange au langage si barbare. Comment osait-il me parler ainsi ? Les soldats me tenaient fermement, à genoux devant ce chef de groupe, dans une position humiliante à mes yeux, et à sa merci. Contre toute attente, cet étranger leur ordonna de me lâcher. Pourquoi? N'était il pas un ennemi?

    - On ne devrait pas envoyer un enfant à la guerre. Tu n'aurais jamais du voir tout ce sang et tous ces morts. Rentre chez toi et mène cette vie que tu aurais du réellement avoir.

    Sur ces mots, l'homme ordonna à ses soldats le repli et tous partirent, me laissant bien perturbé par ces mots. J’eu cette brûlure qu’est le déshonneur de s’être fait épargner par cet ennemi fourbe. Cet homme sans le savoir, brisait toute la fierté d’un guerrier wutaien « combattre jusqu’à mourir pour son pays ». Sans y réfléchir, furieux de m’être fait ridiculiser de la sorte, je saisis mon épée et m’élança vers cet arrogant. Il allait regretter ce déshonneur. L'homme se retourna et m'arrêta d'un geste vif. Comment avait il pu? Un coup dans le ventre aussi rapide que je ne pu réagir, et je me trouvais à terre. Le visage redressé face à mon futur exécuteur, je fus surpris de voir un sourire sur ce visage ennemi. Ainsi donc il osait se gausser de lui. L'homme ordonna à ses soldats de nous laissé seul et finit par s'adresser à moi.

    - Ils t'ont bien éduqué. Tu es convaincu d'être un soldat. Mais ne serais tu pas davantage un pion? Nous sommes tous des machines de guerre pour ces puissants qui se battent. A toi de voir gamin, veux-tu être une arme de guerre pour des personnes qui ne te respectent pas? Ou préfères tu choisir toi même ton destin et suivre ta voie? Crois-moi, range cette épée. Je ne veux pas me battre contre toi. Je ne veux pas me battre contre un homme du Wutaï. On vous a trop manipulé comme c'est le cas pour bien d'autres...

    L'homme me tendit sa main et finit par ajouter.

    - Je m'appelle Veld. Et toi?

    C'est sur cette dernière parole que j’ai choisi mon destin. Je suivrais cet ennemi qui avait eu plus de considération pour ma vie que mon propre père. Tant pis s'il reniait mes ancêtres. Tant pis si je leur faisais honte et les déshonorais. Je savais très bien que moi, je ne vivrais pas dans un monde qui ne m'accepterait pas.

    Voila comment j'ai quitté ma famille mais aussi mon pays. Encore aujourd'hui j'essaye d'oublier tout ce que j'ai vécu las bas. J’ai une nouvelle famille, une nouvelle vie au sein de la shinra, qu'on avait pourtant appris à détester. Mais à présent ma vie leur appartient et je serais fier de mourir pour leur cause. Bien que j'en ais pas l'intention! Certes je suis passé de pions de Wutai à celui de la shinra. Mais un pion plus libre de ses choix, aves des coéquipiers qui semblaient plus soudés que l’armée que j’ai accompagné auparavant. Je ne regrettais donc pas mon choix.

    Cela fait maintenant trois ans ! Trois ans que j’ai quitté mon pays natal, que j’ai fuis ma famille et mes responsabilités et que je l’ai rencontré. Veld ! Cet homme avait changé ma vie. Il m'avait vu comme un homme et non qu'un simple outil de guerre. Il m’avait ramené à Midgar alors que moi pour la dernière fois, je regardais au loin wutai qui disparaissait à l'horizon. La ville où j'atterris après plusieurs heures de route était si différente. S’en était déstabilisant. Un peu curieux malgré moi, je tournais la tête dans tout les sens, regardant le nouveau monde qui m’entourait. Mais plus nous nous enfoncions dans Midgar et plus je trouvais cette ville bien triste. La ville était pollué, grise, sans couleurs. Et encore! La shinra n’avait pas encore totalement détruit la nature environnante en aspirant l’énergie de la planète. Soudain l'homme s'arrêta et j'en fis de même à ces cotés. Je ne comprenais pas pourquoi on s'arrêtait. Cet endroit n'avait rien de spécial pourtant. Banal, étroite, un homme se trouvait non loin assit contre le mur, emmitouflé dans une couverture sale et abîmée. Une main se posa sur mon épaule, et mon regard fut accueillit par le sourire bienveillant de mon guide, qui, d'un mouvement de tête m'incita à regarder devant moi. Je le fis, mais je ne voyais qu'un immense bâtiment fait de fer et de pierre. Mais plus je levais mon regard vers le ciel, et plus la tour prenait une forme distinct. Elle était impressionnante, et même à cette distance je pouvais apercevoir l'immense symbole trônant sur la façade du bâtiment. J’eu du mal à me détacher de cette vue ô combien imposante. Et la voix de l'homme me rappela à l'ordre.
    Nous entrâmes dans l’immense tour, siège de la shinra. L’intérieur était sophistiqué, cette technologie était bien plus avancée que celle de mon pays. Ils portaient tous des vêtements étranges, et certains d’entre eux portaient aussi ces armes qui avaient tués tant de wutaiens. Je me rendis compte que j’étais entouré de ces assassins de mon peuple. Chaque employé, chaque soldat qu’ils croisèrent purent voir la méfiance bien voyant dans les yeux de l’adolescent. Veld me conduisit jusqu'à son bureau, et m’invita à s’asseoir. Cette pièce était plutôt simple. Des meubles en bois ciré, une étagère remplit de dossiers, documents, et livres de toutes sortes, un grand bureau en chêne, travaillé avec goût, encombré de feuilles administratives et d’un ordinateur. Le chef des Turk, Veld, se mit derrière le bureau et après s'être installé confortablement dans le grand fauteuil en cuir noir du bureau, il m’adressa un nouveau sourire sincère. Cet homme avait le don de me mettre à l'aise et en confiance. Il était si bienveillant, si intentionné et gentil avec moi. Il m'apportait une attention que je n’avais jamais eue de la part de mes propres parents. Ma mère et mon père n'avaient vu en moi qu'une solution pour dorer un peu plus le nom de la famille. Ils m’avaient élevé comme une machine qui devait vivre sans faire d'erreur. Mais lui, m’avait sortit de tout ça et je lui en étais très reconnaissant. Et c'est la première fois que j’entendis parler des Turks. Il m'avait aussi parlé de la Shinra comme jamais on m'en avait parlé. Ces paroles me captivaient, et je lui donnais toute mon intention posant des questions pertinentes. Et c’est la qu’il lui demanda :

    -Veux-tu faire parti des nôtre ?

    Je sus que cette décision changerait ma vie. Refuser, accepter, je m’autorisai quelques minutes de réflexion. Devenir Turk, tuer pour eux, je serais un pion sur ce grand échiquier, une simple nouvelle pièce. Seulement le Turk était différent que l’armée de wutai. Une équipe soudé c’est ce qu’il avait put constater de loin. Ce serait surement mieux que de vivre comme un parasite toute sa vie au crochet de Veld-san. Prenant un air déterminé, je donnais ma réponse à l’homme qui allait devenir mon chef.

    -Oui ! Je veux devenir un turk !

    Un sourire satisfait vint illuminer le visage de Veld, et il lui souhaita la bienvenue dans la grande famille.

    Et à présent, cela fait trois ans que j’apprends toutes les facettes du métier et à m'entrainer avec ces armes que j'ai toujours redouté. Mais après utilisation, je trouvais bien plus efficace et avec une meilleur portée qu’un sabre ou toutes autres armes blanches. J’ai aussi commencé les missions sur le terrain, et nouer des liens avec les autres Turks. Pour la première fois je me sentais plus important qu’un simple pion, les Turks sont une équipe soudée, et si un d’entre eux avait besoin d’aide, toute l’équipe rappliquait. J’étais devenu un adulte et j’avais un boulot que je ne quitterais pour rien au monde, car Veld était la.
    Mais un jour Veld disparut de ma vie. Il est mort lors d’une mission. Je fus nommé chef du groupe, et je pris donc le rôle de l'homme que j'admirais le plus au monde, et je me promis de mener les Turks avec sagesse, et intelligemment, pour que plus personne ne soit tué.

    Mais j’échouais. Le président, pour je ne sais quel obscure raison, avait décidé que certains des membres du turk devenaient bien trop gênant pour la compagnie. Et ordonna leur exécution. Une explosion eu lieu, ou la plupart de nos "frères" et "sœurs" moururent. À présent il ne restait plus que moi, Reno un survolté et Rude un silencieux mais au combien efficace. La grande sœur d'Elena -une jeune fille encore au lycée- périt elle aussi dans l'explosion. La jeune fille qui détestait déjà les Turks c'était mit en tête de les rejoindre. Ce n'était pas vraiment logique. Mais je compris rapidement ce qu'elle cherchait à prouver. Elle voulait montrer qu'elle était bien meilleure que sa grande sœur.

    Ma rencontre avec Zack se fit lors d’une mission à Banora. Nous avions reçu comme ordre d’enquêter dans ce village sur le cas des deux soldats premiers classe déserteur : Angeal et Génésis. Mais cela ne se passa pas comme prévu, et je n’eu pas le choix. Le village fut bombardé afin d’éliminer toute preuve possible. Ce geste ne plut guère à Zack. Mais que cela lui plaise ou pas, c’était la façon de procéder des Turks.

    Par la suite nous eûmes une autre mission en commun. Elle se déroulait à Modoeheim. Malheureusement l’avion eu un problème avant qu’ils ne puissent atteindre leur objectif. L’atterrissage se fit en catastrophe. Mais il n’y eut aucun blessé. Le reste du chemin se fit donc à pied. Zack et un jeune soldat ouvrant la marche, moi les suivant un peu à l’écart. J’assistais donc à la rencontre entre Zack et Cloud. Sans pour autant y prendre part. La mission cette fois-ci était simple. Nous devions infiltrer une base dans laquelle on pense que Génésis à camper son repère. Il y était bien, mais sans que je puisse faire quoi que se soit, je fus blesser.

    Lors que je fus de nouveau sur pied, je repris ma mission personnelle qui était de surveiller Aeris, la dernière Cetra. Cette jeune fille que je surveillais depuis son enfance. La protéger des monstres tout en récoltant des informations, un double jeu car on jour je devrais la capturer pour la Shinra. Pour le moment ce n’était que de la surveillance et de l’observation. Zack le savait bien sûr.
    Un jour Zack fut envoyé sur une nouvelle mission. Cette fois-ci c’était à Nibelheim. Il me demanda de prendre soin d’Aeris jusqu’a ce qu’il revienne. Je fis donc ce qu’il me demanda. Après tout cela ne gênait pas ma mission. Au contraire. Aeris me confiait semaine après semaine, mois après mois des lettres que je devais donner a Zack. Mais le soldat n’était toujours pas revenu, et les lettres s’accumulait jusqu’a atteindre le nombre de 88. Moi je la soutenais comme je pouvais. Je ne suis pas très doué pour réconforter. Mais au fond de moi je savais ou était Zack. Dans une cuve de mako au fin fond du manoir de nibelheim. Mais je ne pouvais pas lui dire. Parfois je restais un peu avec elle pour parler. Mais très peu. Car j’étais chargé par le travail. Je continuais à faire ce que j’avais promis. Veiller sur elle.
    Et cela dura 4 ans ! Lorsque Zack s’enfuit de sa cuve de mako avec un Cloud bien mal en point, j’ordonnais aux Turks de le retrouver et de le ramener VIVANT. Ils devaient les retrouver avant les soldats, qui eux les tueraient. Au fils des missions, Zack n'était pas seulement resté un compagnon d'arme mais il était devenu un ami pour Tseng qui cherchait un peu à lui rendre la pareille, mais il faisait aussi pour Aeris. Malheureusement ce fut les soldats de la Shinra qui les retrouvèrent avant nous et Zack fut abattu, et Cloud porté disparut. Je continuais donc à veiller sur la jeune fleuriste.

    Le temps passait, les années défilaient, sans que rien ne se dresse en travers du chemin de la Shinra. Notre travail était redevenu banal. Tuer, espionner, récolter des infos… quoi de plus banal dans notre situation ! Mais un beau jour, Avalanche réapparut avec à son commandement une nouveau chef ! Un certain barret Wallace. Et la guerre continua entre le groupe d’écologiste et la Shinra. En même temps j’avais toujours comme préoccupation de protéger la cetra. Mais le jour où le président me demanda de la ramener à la compagnie, je ne pu m’opposer à cette décision, et en même temps que Reno détruisait le pilier de la plaque qui surplombait le secteur 7, moi je pris Aeris.

    C’était sans compter sur le groupe qui avait survécu et qui venait de rentrer de force dans la compagnie pour récupérer leur amie ! Personnellement je fus vraiment rassuré. Après tout je n’avais jamais aimé les manières d’Hojo. Un autre problème nous tomba aussi sur les bras ! Monsieur Shinra décéda. Que faire ? Le fait que le président avait laissé un descendant derrière nous facilita beaucoup les choses ! Se serait lui le nouveau président. Si vous voulez mon avis bien qu’il soit aussi assoiffé de pouvoir que son père il me semblait un bien meilleur président.

    Rufus Shinra, le nouveau président, prit les Turks comme une sorte de gardes rapprochés, plus qu’une unité d’élite. Bien sûr, ils partirent à la poursuite de Sephiroth en concurrence avec Avalanche. Ha et vous vous rappelez d’Elena ? La petite sœur d’une de nos anciens membres. Elle réussit enfin à entrer dans le turk. Et contrairement à nos habitudes ce ne fut pas Reno mais moi qui prit Elena sous mon aile pour lui apprendre les petits détails du boulot d’un Turk. Il y eut différentes rencontres avec le groupe d’avalanche. Mais je vais sauter ces petits détails sans importances. Je vais juste préciser que grâce à cait sith nous avons put récupérer la clé du temple et prendre de l’avance sur cloud. Je pu rentrer facilement dans le temple. Là, je vis sephiroth. Bien sur je n’étais pas de taille... et lui semblait si étrange. D’un coup de masamune il m’envoya au tapis, alors que je cherchais à survivre en attendant un hélico de la Shinra, le groupe d’avalanche arriva à leur tour. Aeris était avec eux, et je fus content de savoir qu’elle allait bien. Ne pouvant plus rien faire moi-même j’offris la clé a Cloud, et avant de sombrer dans l’inconscience mes derniers mots furent pour Aeris. Cette fille était si gentille, si intentionné, je lui dis de ne pas s’inquiété, que j’étais encore en vie.

    Deux ans plus tard. Je m’étais rétablie et contrairement à ce que les gens croient, je ne suis pas mort. On ne se débarrassera pas de moi aussi facilement, vous pouvez le croire. Je ne suis pas encore prêt à rejoindre Veld et Zack dans la rivière de la vie.

    Je n’ai pas vraiment de vie amoureuse. Je ne suis pas ce genre d’homme qui cherche à tout prix l’amour ou je ne sais qu’elle histoire rose guimauve. Non, je ne suis pas comme ca. Je porte bien plus d’importance à mon travail… et même je crois que rien d’autre pour moi n’est important. Je sais qu’Elena est amoureuse de moi, mais je ne sais comment lui faire comprendre que c’est inutile. Je ne souhaite pas tenter d’avoir des relations avec quelqu’un, et encore moins si elle fait partie de mon équipe. Ce genre de relation influence le cœur et la raison, et m’empêcherais d’agir convenablement en temps de crise. Donc n’espérez pas me voir avec quelqu’un.


    [...]


    CARACTERE & PHYSIQUE

    .
    How you see me...


      » CARACTERE

      Tseng, chef des turks mais aussi le sérieux de la bande. Voici comment on me défini. Toujours calme et stoïque il est rare de me poussé jusqu’a la limite de ma ô grande patience. Seul Reno avait déjà réussit. Mais au moins je suis assuré qu’à l’ avenir il ne retenterait pas l’expérience. Chef ou pas je reste quelqu’un de responsable et réfléchit. Je ne suis pas du genre à me lancer comme un boulet de canon dans les missions dangereuse, j’agis toujours après réflexion ce qui me permet d’éviter d’avoir des ennuis par la suite. De toute façon ce rôle revient à Reno qui le porte comme un gant. Parlons un peu de ma loyauté envers la shinra. Après la mort de Veld je dus prendre sa place en tant que Chef. Ma loyauté n’est plus à prouver. Prêt a tout pour le président de la compagnie, je vais jusqu’a capturé Aeris qui pourtant je devais l’avouer avait sa place dans ma vie. petite-amie de mon défunt ami zack, sous la demande de ce dernier je n’avait fait que la protégé toutes ces années, veillant sur elle pour qu’il ne lui arrive rien de fâcheux. Bien sur je fus secrètement rassuré qu’elle réussisse à s’enfuir, je n’avais aucune sympathie pour ce vieux fou d’hojo qui faisait ces expériences sur la jeune cetra.

      Enfin bref. Je suis aussi un homme déterminé, toujours j'arriverais à mes fins, ce qui est aussi une grande qualité. En mission je mets tout en œuvre pour qu’elle soit réussit, et je peux compter sur mes coéquipier. Il y a encore tant de chose à dire... Je suis Soucieux pour ma nouvelle famille qu’est les Turks mais aussi pour Rufus, notre cher président, et bien que je ne le montre pas, ils le savent bien. Je cache tout ceci sous une autorité digne d’un grand chef, je sais me faire respecter sans même avoir le besoin d’hausser la voix... Dut à ma carrure, mon visage parfois dur, ou mes yeux qui peuvent devenir aussi froid que la glace de Shiva, peut-être les trois en fait. Dernier point. Je ne suis pas du genre à rechercher à tout prix une histoire d'amour. Je voue ma vie à la shinra et tout passe après mon travail.


      » PHYSIQUE

      Rude lui a gagné haut la main la place "de l'armoire a glace" de la petite famille, moi je ne suis pas aussi baraqué que lui, mais l'on devine facilement que derrière ce costume serré noir se cachait un corps entretenu et fort. Si l'on devait faire un classement je devrais me trouver entre Reno et Rude. Ni trop mince ni trop Hulk. visage typique wutaien. La seule partie de mon corps que je laisse voir. Un visage lisse fin mais bien masculin. Un visage n'exprimant la plupart du temps qu'un air sérieux, voir grave. Seuls ces deux petites perles noisette sous des paupières légèrement bridés peuvent transmettre mes émotions. Si ces deux yeux étaient munis de revolver, Reno ne serait déjà plus de ce monde compte tenu du nombre de fois que je l’ai fusillé du regard lorsqu’il allait trop loin à mon goût. Quand à mes cheveux, ils sont noirs et raides. Rabattus en arrières, ils m’arrivent aux omoplates. Avant je les attachais en une queue de cheval haute, mais à présent je les laisses librement tomber sur mes épaules.

      L’on ne me voit que très rarement autre part qu'au boulot, les habits que je porte donc habituellement est la tenue règlementaire des Turks. Habiller comme les mans in black sans lunette mis a part Rude, je porte un costume noir au dessus d'une chemise blanche simple. Une cravate bien évidement, et des chaussures noires. Un dernier point important, est ce minuscule tatouage sur mon front.


      » SIGNE PARTICULIER

      un simple point noir tatoué sur mon front, un symbole dont j'avais oublier la signification que certain hommes de mons pays natal portent.





    ARMES

    Tseng
    ...


    » Arme de prédilection : Armes à feu, katana

    » Spécialité : Combat physique

    » Limite : Frappe Aérienne


    » Sorts:


    » Chimère : Ixion ( 1200 HP)






    Dernière édition par Tseng le Jeu 2 Sep - 17:31, édité 2 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Tseng



    Nombre de messages : 10
    Age : 36
    Date d'inscription : 06/08/2010

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 16:39

    POST RPG

    .
    Is a dream?

    Mise en situation: rp qui se passe dans une école pour "fous". mon personnage est un suicidaire. pour plus de compréhension => ici


    -kyyyaaaaa

    Tout l’étage sursauta au cri strident. Des têtes se glissèrent des classes et des salles de club pour se tourner dans la direction du club de cuisine. Ou la bonne odeur mais aussi des éclats de voix retentissait. Quelques élèves curieux, entrouvrit la porte du club et put voir ce qui s’y passait. Les cuisiniers devant leurs fourneaux regardaient horrifier ou exaspérer le petit groupe de cinq élèves entourant un sixième aux cheveux flamboyant. Ce dernier le bras ensanglanté, un couteau dans la main se faisait maitriser par ses camarades d’où les éclats de voix lui ordonnant de « lâcher ce fichus couteau » et « d’arrêter ses conneries ». Quand au professeur il préparait une bande et du désinfectant pour le petit suicidaire. Mais Evans car c’était bien lui, en pleine crise d’autoctonie ne l’entendait pas de la même façon. Profitant du moment d’inattention lorsque le professeur voulu le soigner, il recula brusquement son bras et s’enfouit en courant de la salle de club, bousculant sur son passage les petit curieux présent à la porte. Il ne voulait pas être soigné, il ne voulait inquiéter personne, il voulait juste... Mourir. Il parcourra les couloirs rapidement, courant pour qu’on ne le suive pas, le bras entaillé placer tout contre lui en protection du monde extérieur. Le sang imbibait doucement sa chemise blanche, et goutte à goutte traçait son chemin dans les couloirs de l’établissement. Quel bonheur pour les femmes de ménage ! Mais soudainement Evans se figea. Devant lui se trouvait Dorian. Il ne semblait pas encore l’avoir remarqué, mais ce ne saurait tarder. Et quel seras sa réaction lorsqu’il se rendra compte qu’il a retenté de se suicider en plein cours de cuisine ? il le suivrait toute l’après midi lui parlant de la beauté de la vie… non vraiment cet adolescent est vraiment gentil de se préoccupé de lui comme ça mais cette fois, il n’avait aucunement envi de supporter ses monologue incessant et voir barbant.

    Il fit donc demi-tour, sortant à toutes jambes de l’académie, fuyant ainsi toute personne susceptible de vouloir le sermonner. Peu importe ou il allait, il voulait être seul, que personne ne dérange cette fois. Sans s’en soucier il se dirigeait tout droit vers les jardins. Cet endroit ou régnait une grande diversité de plantes et de fleurs, un endroit très coloré et respirant mille parfums. Mais au regard du suicidaire, ce merveilleux paysage semblait bien fané, comme sur une très ancienne photo. Un bruit métallique attira son regard. A ces pieds se trouvait le couteau de cuisine qu’il n’avait pas lâché jusqu’alors la lame souillé de sang et ce ne fut que maintenant qu’il remarqua la difficulté qu’il avait de bouger son bras. La perte de sang commençait à se faire sentir, enfin… c’était son bras qu’il ne sentait plus. Il avait dut se trancher profondément pour en arriver là. Tant mieux au moins il en aurait fini aujourd’hui. Comme un automate il se baissa pour ramasser le couteau de sa main valide et continua son chemin, la tête baisser le regard dans le vague.

    Ce mois-ci ce devait être sa dixième tentative de suicide ? À sa dernière tentative il essayait de s’étrangler avec un fils de souris informatique. C’est que lorsqu’il s’agissait de se blesser ou de se donner la mort, Evans devenait soudainement très inspirer. Tout pouvait être une arme. Cette fois-ci, il avait utilisé la bonne vieille méthode du couteau de cuisine. Et pourtant tout se passait bien. Même son duo avait accepté qu’il touche un couteau afin de couper le poisson. A vrai dire, vider les tripes d’un animal n’était pas ce qu’elle préférait. Ce fut donc à Evans de le faire. Il sépara en premier lieu la tête du corps puis entreprit de le vider de toutes entrailles et arrête. En apparence tout semblait se passait pour le mieux. Mais seulement en apparence. Evans semblait partir en transe. Découper le poisson, le blesser physiquement semblait réveiller son autoctonies. A la place du pauvre animal il se voyait lui-même, en train de se couper morceau par morceau. C’est ainsi que le couteau « glissa ». Tranchant de sa paume de main jusqu'à son poignet il s’ouvrit le bras ne s’arrêtant que lorsqu’il atteignit le milieu de son avant bras. Le sang suintait automatiquement abondamment, coulant de toute part sur le plan de travail et la nourriture. Il sentit un frisson le parcourir, cela lui faisait du bien et voulant toujours plus, il leva son couteau dans l’intention de se mutiler un peu plus. Ce fut à ce moment que le cri retentit et que le reste de la classe se jeta sur lui pour l’arrêter.

    Mais revenons à Evans, qui défilait avec la démarche d’un zombie entre les plantes du club de Jardinage. Ses jambes tremblait, ne supportant son corps que par la détermination d’Evans de s’éloigner de tout élève, la fatigue le gagnait doucement, et sa vue se couvrait d’étoiles et de taches noires. La tête basse, il ne put éviter la jeune fille qui dans son état de panique l’avait percuté dans sa course. N’ayant plus aucune force, il tomba en arrière s’éraflant le coude sur le gravier et la pierre rajoutant toujours un peu plus de sang. Lentement il redressa son visage las, bredouillant des excuses encore et encore tout en se relevant. Il semblait divaguer totalement. Alors qu’il contournait la fille pour s’enfoncer un peu plus dans les jardins il continuait de répéter inlassablement.

    -Pardon… pardon… pardon … pardon…

    Mais la perte de sang trop important ses jambes refusèrent de le porter plus loin et il tomba à genoux dos à dos avec la jeune fille à peine à un mètre d’elle.

    -ho… ma chemise

    Ce n’était que maintenant qu’il voyait les dégâts. Certes s’inquiéter pour sa chemise n’était pas vraiment ce qu’il y avait de plus important, mais pour Evans sa blessure n’avait aps d’importance, plus même, il l’aimait.

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Cloud Strife
    Fondateur
    avatar

    Nombre de messages : 835
    Age : 34
    Localisation : Ni ici, ni ailleurs ....
    Date d'inscription : 13/09/2008

    Statistiques
    Expérience:
    74/125  (74/125)
    Niveau:
    18/99  (18/99)
    Gils: 4295

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 17:16

    Vraiment une trés trés belle fiche ! sans doute la plus belle d'ailleurs ! trés joliement écrite et détaillée !
    Je valide immédiatement meme s'il manque la partie sur Advent children qu'il faudrait rajouter mais ca je titille quand meme ^^

    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://f-fantasy-chronicles.forumactif.org
    Zack Fair
    Administrateur
    avatar

    Nombre de messages : 491
    Age : 32
    Localisation : loin de la tourmente
    Date d'inscription : 26/10/2008

    Statistiques
    Expérience:
    144/125  (144/125)
    Niveau:
    22/99  (22/99)
    Gils: 4970

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 17:34

    Comment ne pas valider une fiche aussi belle!

    Très beau travail et pour te prouver que j'ai quand même lu ton oeuvre je te fais juste remarquer qu'elle comporte quelques fautes d'orthographe XD mais vraiment rien d'important quand on voit le contenu!

    Donc je te valide sans hésitation XD et bonne route parmi nous!

    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Tseng



    Nombre de messages : 10
    Age : 36
    Date d'inscription : 06/08/2010

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 17:37

    Merci à vous deux! cheers
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Cloud Strife
    Fondateur
    avatar

    Nombre de messages : 835
    Age : 34
    Localisation : Ni ici, ni ailleurs ....
    Date d'inscription : 13/09/2008

    Statistiques
    Expérience:
    74/125  (74/125)
    Niveau:
    18/99  (18/99)
    Gils: 4295

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 17:40

    Merci a toi d'etre revenu jouer avec nous ^^

    _________________
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://f-fantasy-chronicles.forumactif.org
    Hope Estheim

    avatar

    Nombre de messages : 33
    Age : 22
    Date d'inscription : 12/03/2010

    Statistiques
    Expérience:
    49/100  (49/100)
    Niveau:
    7/99  (7/99)
    Gils: 1500

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 18:23

    Smile
    Bonjour Tseng. Je te souhaite la bienvenue dans le forum.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Lightning

    avatar

    Nombre de messages : 22
    Age : 41
    Date d'inscription : 08/03/2010

    Statistiques
    Expérience:
    0/100  (0/100)
    Niveau:
    7/99  (7/99)
    Gils: 1500

    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   Dim 29 Aoû - 21:43

    Re bienvenu Tseng =)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: Tseng [fini 100%!]   

    Revenir en haut Aller en bas
     
    Tseng [fini 100%!]
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Final Fantasy Chronicles :: Avant tout :: Présentations-
    Sauter vers: